Blog

Paris, my love! I´m leaving you! (Again?!) 

Trains-Parismonamourjetequitte - The return to Salone.com

I live my last days in Paris and I had to write an article about this city that I love hating, which offers so many opportunities, and also so many constraints, which is so beautiful and so depressing sometimes.   

I recognize that these few months in the French capital have not been that (intolerable pain, claustrophobia and stifling agoraphobia and extinction of my soul and my humanity) negative. Especially thanks to cousins ​​and friends at the top and a maturity that I didn’t have 5 years ago when I left Paris for the first time, swearing never to return.

Between 2 getaways to other lands (Normandy, Berlin, Sczcecsin, Marseille, Nans Pins, Toulouse …) as soon as I had a Weekend of 3 days, I learned to focus on what the capital had to offer better. Paris buzzes: want an exhibition? Want to go out? Want a concert? Karaoke? Cinema? Not to mention the multitudes of restaurants. The city leaves us with immense embarrassment: that of choice.

Often unable to decide between 2 possibilities of outings, I managed to convince myself that staying at home was the best alternative and that an evening book-computer-music-chocolate was, after all, an equally rewarding prospect (the laziness …)   

giphy (1)

The indecision and also the fact that being compressed in a place with too many people rarely pleased me (no matter where you go, I feel there are always too many people everywhere in this city … ). Nevertheless I was able to overcome these two obstacles sometimes and make some interesting outings.

Besides the visited places, I’ve made here exceptional and decisive meetings for the rest of my adventure- I’ve especially met Manna Claudelle from the blog Youngiftedandblack (link here) and we can say that the name of the blog describes his personality well because she is actually gifted (talented).

I met my new heroine who will certainly be the subject of an article in the serie black girls magic: Melissa Lavaux. Haitian singer, activist. I’ve discovered her by chance thanks to the Facebook page “Ayibopost” Haitian news website (her interview here) and she teaches me a lot about Haiti. I had the chance to meet her in person at the afro blog entry event which took place on September 29 at playful randomness (Paris 18th) and she is as friendly and natural as she appeared to me in video and kindly answered all my questions (she was in Ghana! And she loved it! Yeaaah) 

_DSC1695
La rentrée du blog L’Afro -Paris mon amour, je te quitte. The-return-to-Salone.com

And then all those people I talked to about my adventure, who believe in me and help me achieve my goals without asking anything in return.

I also got used to walk in Paris, putting on pause a few moments/hours the hectic pace of the city and getting to walk to my appointments, to work, or whatnot. This makes it possible to appreciate the city otherwise (and to have great calves!)

Between Château-Rouge and Place Vendôme we do not find the same atmosphere, the same people, the same problems, the same life. Moving from one to the other gives the impression of passing in 2 parallel worlds that coexist but do not mix. For me Paris is a condensed of what is done better and worse in these two worlds.

On the one hand a tidy, beautiful, elegant, financially rich, very neat, calm slightly condescending world, and on the other a noisy world, disordered, sometimes stifling, with odors (pleasant or not) colors, music, splinters of voices and bursts of laughter.

And I realize that I am a mixture of both and when these two worlds come together, that’s where I feel better.

But the big black point for me is that in 5 years of absence, I have found that social misery has spread dramatically in the city. Back from Germany, the contrast is blatant. I have never seen so much homeless and begging people as here.   

And all these Syrian families with children, elderly people abandoned under the bridges to the Parisian device. Yet since 2011 France has received only a paltry number of Syrians. About 10 000 have obtained refugee status (against 1 million in Germany sources: here and here). I do not memories about meting families with children begging in Berlin, and where the state could sometimes be faulty in their host system, private citizen actions are regularly organized via Facebook and other: Collective courses of cooking with migrants, collections of clothes, language courses etc…

In Paris, I mostly felt a feeling of great indifference and instant defiance.

Paris City of Light, Paris City of Culture, but Paris is certainly not a host city for the most deprived.

And by dint of being solicited constantly, stress, fatigue, our own worries, we start developing this disdainful attitude or ignore these people, pretending not to see them.

But I and my sensibility have been struggling to manage.

So, I am thankful for everything that has brought me this city but I leave the light hearted.

What is sure though is that as long as it’s only going to momentaneous, I’ll come back.   

Black Girls Magic

«You may write me down in history ; with your bitter, twisted lies ; You may trod me in the very dirt ; But, still, like dust, I’ll rise » Maya Angelou

“Black Girl Magic is a concept and movement originated by CaShawn Thompson in 2013 to, as Julee Wilson described it at The Huffington Post, “celebrate the beauty, power and resilience of black women.” Wilson offers the definition: “a term used to illustrate the universal awesomeness of black women. It’s about celebrating anything we deem particularly dope, inspiring, or mind-blowing about ourselves.”

This is the definition of « Black girl magic » given by Wikipedia. The term that we’ve seen coming around often this past few years on Twitter or Instagram with the hashtag #blackgirlsmagic is for me source of encouragement and inspiration.

As black women in the modern society we have more than one reason to feel depreciated. Underrepresented in the medias, it was once hard for a little black girl to find a role model to look up to.

So long black women have been called ugly, too strong, too wild.

It made me so angry when one day I stumbled upon this racist rag called a study titled «Why Are Black Women Less Physically Attractive Than Other Women? » (yes it is a real study, you can click on the link if you have 5 minutes of your life to lose.)

Even on the highest spheres black women are subjects of racism, injures and mockery.  The most recent examples are Meghan Markle an American actress dating Prince Harry facing the most repugnant comments because she is, or part of her is, black.

Or the still First lady of the US, Michelle Obama, called « an Ape in high heels » by a white woman official.

Most educated group in the US, fastest growing group of entrepreneurs in the world, but yet always undervalued and victims of not only racism but also sexism.

And even if they’ve always been in the front line of every fight again racism (the civil rights, the black panthers, the black lives matter movement…), they are often castigated by their very own companions of struggles : the black men.

This is what I personally find the most hurtful. How many times while I was talking to a black man he felt obliged to justify his interracial dating choice (which I have no problem with) by attacking black women?

« I don’t date black girls, they are too uncivilized, always so angry »

really

In this section I will try as often as I can to portray a particularly inspiring black woman.

They are sources of motivations, and wisdom and influenced my life in so many levels. They taught me to love myself, to be passionate and to believe in me and in my dreams. They are the reason I’m feeling the courage to finally go public with this blog and share my writings to the world, in english, even if it is not my native language.

From Angela Davis, to Maya Angelou or Shonda Rhymes, all these women have something in common. They contribute to change the perception on black women and they are models and sources of inspiration for every young black girl.

I want to celebrate these women who are educated, gifted, wise, strong, resilient and always uplifting.

I want to be a voice for the longtime misread story of black women’s greatness.

To go further : here are 3 books on the subject I find the interesting or I just liked.
  1. Shifting: The Double Lives of Black Women in America by Charisse Jones & Kumea Shorter Gooden
  2. Americanah by Chimamanda N’Gozi
  3. And Still I Rise by Maya Angelou

I want to know your  opinion : What is Black Girl Magic for you? What are the most inspirational persons in your life? Who do you think I should portray? Leave a comment with your answers below.

© 2016 The Return to Salone

The return to Salone – Meaning

“Don’t wait around for other people to be happy for you. Any happiness you get you’ve got to make yourself.” – Alice Walker

the-rts-5

Let me tell you a story. The story of a young woman a little lost, a bit misunderstood, a bit crazy maybe, but who figured out that life isn’t about what you have, what you’ve accomplished, who you know. Not even who you are. The most important is, when you die, before closing your eyes for ever what do you want to say about your life ?

If you had one wish, what would it be? You can think of so many answers. Love ? Money ? Fame ? Perfect Body ? Peace in the world ? Because you think all that will make you happy.

So you’re missing the point.

Being happy.

The only thing you want, we all want, in this life is to be happy.

This is why I am writting today. I am about to take one of the biggest risks and realize one of the biggest dreams of my life.

Today, I decided to leave everything behind, quit the security of a job, say goodbye to my friends and to the continent I have lived the biggest part of my life in, for a one-way trip.

To Africa.

Follow my blog with Bloglovin

Dakar : Arrivée installation et premières rencontres

VuedeDakar-TheReturn2Salone

Cela fait un peu plus d’une semaine que je suis a Dakar et il est grand temps pour moi de sortir de la léthargie qu’entraîne la douceur de vivre de la ville et d’écrire un article afin de vous livrer mes premières impression.

J’ai été accueillie par Morel mon ami camerounais, rencontré en Allemagne et il me sert de guide dans la ville bien qu’il soit lui-même expatrié et ne vive pas a Dakar depuis longtemps. Il est étudiant en agronomie et je suis arrivé pendant sa semaine de rentrée mais heureusement pour moi ses professeurs ont décidé de repousser les cours d’une semaine pour cause de Magal, une des fêtes religieuses les plus populaires du Sénégal. Elle a eu lieu le 8 novembre qui a été un jour férié mais nombre de commerçants, professeurs et membres de l’administration ont décidé de faire le pont pour pouvoir effectuer le pèlerinage annuel a Touba, une ville sainte du centre du pays.

Ma première semaine à Dakar n’a donc pas été tellement productive, mais loin de moi l’idée de m’en plaindre. J’avais besoin de cette pause, et de ce sentiment d’être en vacances. Et puis j’ai immédiatement décidé de prolonger mon séjour ce n’est donc pas du temps perdu.
J’étais sensée repartir vers le 23 novembre mais je n’avais pas encore pris mon billet d’avion pour le Ghana afin de me laisser la liberté de changer mes plans, chose que j’ai donc fait : je reste au Sénégal jusqu’au 4 décembre.

Les choses sérieuses commenceront vraiment à partir de cette semaine mais en attendant j’ai pu découvrir le quartier dans lequel j’ai pris mon airbnb et quelque bons plans pour manger dont je vous parlerais dans un autre post.
En parlant d’airbnb : lors de ma rechercher d’un logement à Dakar j’aurais pu choisir d’être hébergée ou un hôtel mais je cherchais un endroit où je pourrais cuisiner, être au calme, et surtout être totalement libre de mes allées et venues sans devoir rendre de compte. C’est pour cela que j’ai opté pour l’annonce de Mao, mon hôte pour lequel j’ai eu un gros coup de sympathie online. Peut-être était-ce le fait qu’il avait écrit qu’il faisait de la musique ou les courtes dreadlocks qu’il arborait sur sa photo ou plus probable encore le prix imbattable pour un appartement si bien situé, en tout cas mon choix a été rapide.. Et nous avons échanger quelques messages début septembre où il me disait être a Paris, mais vie parisienne oblige, nous n’avions pas pu nous croiser.

Du au retard de mon vol je suis arrivée vers les 2h du matin à l’endroit qui sera mon chez moi pour 1 mois accueilli par Mao, qui ne s’est pas plaint une seule fois de mon arrivée tardive et m’a fait faire le tour du propriétaire.
L’impression que j’avais de lui sur internet n’a fait que se renforcer : le gars est tellement tranquille. Et l’appartement qu’il me loue est tellement mieux que ce à quoi je m’attendais.
Il est grand, j’ai un salon, une chambre avec salle de bain et même une salle de bain invité, et je me paie même le luxe d’avoir une terrasse privative avec hamac.

Dakar2017-Thereturntosalone.com
Poseeey dans mon hamac. 🙂

Bien plus d’espace qu il n en faut pour moi toute seule mais je me sens comme dans un cocon.
C est Mao sur un ton d’excuse qui m a fait remarquer qu il n’y avait pas la télé ni l’air conditionné, car les personnes qu il a reçu précédemment se sont plaint de leur absence alors que sur son annonce il est bien précisé qu il n y avait pas les 2. Je le rassurais : l’appartement qu il m’offrait était bien au delà de mes attentes. Et quand 2 jours plus tard j’ai découvert la plage des Mamelles situé a 5 minute de mon chez moi ainsi que le stand du vieux rasta qui loue des parasols vend des boisson fraîches et fait des sandwichs omelettes et frites maison sur la plage cela n’a fait que confirmer ce sentiment.

Petite apartée assez marrante : je savais que Mao faisait de la Musique. Il a même un studio d’enregistrement qui fait face à ma porte d’entrée. Je lui avais demandé s’il avait des vidéos sur youtube, il m’avait répondu que oui et qu il fallait que je tape Mao Sidibe. Et je n’avais pas pris le temps de le faire jusqu’à ce que je parle de lui a mon ami Morel et aux amis qu’il m’a présenté durant la semaine. Et tous me confirmèrent la même chose : Mao est très connu sur la scène sénégalaise. Mais il est aussi tellement humble que je n’en avais pas la moindre idée. Je pense faire son interview durant mon séjour mais en attendant voici son dernier clip :

Et Mao n’a été que la première des rencontres toutes plus exceptionnelles les unes que les autres que j’ai faite cette dernière semaine. Mon séjour au Sénégal s’annonce sous les meilleurs auspices : rencontres , lieux magnifiques, chaleur, musique, poisson braisé, ananas et pastèques à volonté. Que demander de plus?

 

 

Advertisements

5 restaurants à ne pas manquer à Paris :

Je pense que la chose que je préfère à Paris est la diversité. Diversité de cultures, d’environnement, de paysages et surtout la diversité culinaire. A Paris on trouve des restaurants, des snacks etc de tous horizons, pour tous les gouts et pour (presque ) tous les budgets).  

Voici le top 5 de mes restaurants  préférés sur la capitale :  

1- Le Yankey : 1er restaurant africain à volonté 

15317911_209051989543866_551504968544150424_n

Vous avez bien lu : Ici c’est à volonté. Alors veillez à avoir le ventre bien vide avant de vous y rendre!  

Le restaurant propose 3 formules différentes à partir de 15,90€ pour la formule petit joueur qui offre 1 grillade au choix + 1 accompagnement et honnêtement cela est déjà suffisant. Les 2 fois où j’y suis allé j’ai pris le menue pro et pour 25,90 vous avez droit à (presque) tout à volonté. Et ces 2 fois là je me suis dit que j’avais eu les yeux plus gros que le ventre me forçant a finir mon plat car le gaspillage n’est pas admis ici. On doit s’acquitter de 5€ si on ne finit pas son assiette donc réfléchissez bien avant de commander (ou suppliez vos potes de vous aider comme moi… 😀)!  

Bonne nouvelle : ils ont maintenant 2 restaurants à Paris dont 1 qui fait bar-lounge dans le 13 -ème pour éliminer en vous déhanchant sur la piste de danse après vous être régalé.

Prix moyen : 30€  

Site internet : http://yankey-restaurant.fr/

Adresses : – 43 Rue Ramey, 75018 Paris et 14 Rue des cinq Diamants, 75013 Paris, France

***

2- Le Guibine : restaurant coréen dans la célèbre rue Sainte Anne 

75442288

Restaurant coréen situé Rue Ste Anne, la célèbre rue proposant multitude de restaurants asiatiques. On va à la rue Ste Anne lorsqu’on veut manger dans un “vrai” japonais ou coréen ou vietnamien… le choix est varié, et je n’ai personnellement jamais été déçue. Je suis tombée sur ce restaurant par hasard après l’une de mes après-midi flânerie dans Paris. Une faim subite me surpris, et n’ayant réussi à motiver personne à me rejoindre je me décidais à aller manger seule. Je rentrais donc dans le 1er restaurant coréen que je trouvais. Et le Guibine est parfait : le personnel est jeune, beau et dynamique, le cadre est agréable, on se sent toujours bien. J’ai commandé un bulgogi (littéralement viande au feu un barbecue quoi) au bœuf et j’ai été surprise par la taille de lal portion servie. Tant bien que j’ai demandé 2 fois à la personne en train de faire cuire ma viande devant moi s’ils ne s’étaient pas trompé en me servant la portion pour 2 personne (ou 3?). Elle m’assura que non et c’est l’estomac bien plein que je sorti de ce restaurant, heureuse.  

Recommandation : le Bulgogi, ou bien le Bimbimbap sont mes go-to à chaque fois que je mange Coréen. 

Prix moyen : 25-30€ 

Adresse : 44 rue Ste Anne, 75002 Paris

***

3- Le paradis tropicale : restaurant haïtien 

cd98b9c05a7cb750ceb985718cd6b401.website

Dernière découverte en date le Paradis tropicale. Mes cousines m’ont organisé une soirée surprise afin de fêter mon départ de Paris et comme elles me connaissent bien, elles savaient qu’un repas haïtien me ravirait. Situé dans le 18eme, un quartier dit “populaire” de Paris la devanture ne paie pas de mine. Ils font des travaux de réaménagement semble t-il donc cela devrait aller mieux prochainement. Ne soyez donc pas rebutés car une fois qu’on pousse la porte, on est accueilli dans un lieu chaleureux, convivial. Niveau cuisine, malgré une attente un peu longue (ceux qui connaissent la cuisine haïtienne savent que cela met du temps a être prêt) nous avons pu déguster les meilleures spécialités haïtienne : pikliz, banane pezé, griot, riz collé, riz djon djon, riz sauce pois.  

Conseil : Allez y a plusieurs, commandez tout ce qui vous tente et partagez comme ça vous pourrez tout gouter. En fait c’est mon conseil pour tous les restaurants.  

Prix moyen : Entre 25 et 30€ 

Adresse : 6 Rue Custine, 75018 Paris

Site Web : http://www.auparadistropical.com/

***

4- Le Chalet savoyard : pour les mordus de raclette 

restaurant-chalet-savoyard-paris

Bon je triche un peu car je n’y suis jamais allé, mais il s’agit du restaurant préféré de ma cousine, et je fais confiance à son estomac euh.. Son palet. En même temps ce restaurant vend du rêve : leur spécialité? Le fromage en tout genre. Entre raclettes, fondues et tartiflette il y en a pour tous les gouts. A condition d’aimer le fromage. C’est le restaurant qui est dans le top de ma liste pour ma prochaine visite à Paris. Mon go-to? La raclette bien sûr! 

Prix moyen : 31 € pour le menu “Chalet” 

Adresse : 58 Rue de Charonne, 75011 Paris, France

 

***

5- Mexi&co : pour leur margaritas 

img_0861

Petit restaurant typiquement mexicain, le Mexi&co ne paie pas de mine et est vide bondé, mais ils font les meilleurs margaritas givrés qu’ils vendent au pichet. A 20 € le pichet on s’est vite retrouvé d’humeur très joyeuse. La sympathie des gérants n’était pas non plus étrangère à notre joie. Idéal pour aller boire un verre (ou 4..) après le boulot en mangeant un bout.

Les prix ne sont absolument pas excessifs, et la cuisine est délicieuse et c’est une de mes amie native mexicaine qui m’accompagnait ce soir là qui le dit.  

Conseil : Venez tôt. On est arrivé vers 19h et on a eu une table tout de suite en terrasse. 30 min plus tard l’endroit était déjà bondé et il fallait compter 30 min d’attente pour avoir l’espoir de manger. Je ne sais pas ce que ça donne en hiver. 

Prix moyen : 20€ 

Adresse : 10 Rue Dante, 75005 Paris, France

Paris mon amour, je te quitte! (encore?!)

Trains-Parismonamourjetequitte - The return to Salone.com.JPG
Transilien – Paris mon Amour je te quitte – The-return-to-salone.com

English version : here

Je vis mes derniers jours à Paris et je me devais d’écrire un article sur cette ville que j’adore détester, qui offre tellement d’opportunités, et aussi tellement de contraintes, qui est tellement belle et tellement déprimante parfois.

Je reconnais que ces quelques mois dans la capitale française n’ont pas été que (souffrance intolérable, claustrophobie et agoraphobie étouffante et extinction de mon âme et de mon humanité) négatifs. Surtout grâce à des cousines et amis au top et une maturité que je n’avais pas 5 ans auparavant lorsque j’ai quitté Paris pour la première fois, me jurant de ne plus jamais revenir.

Entre 2 escapades vers d’autres contrée (Normandie, Berlin, Sczcecsin, Marseille, Nans les Pins, Toulouse…) dès que j’avais un Week end de 3 jours, j’ai appris à me concentrer sur ce que la capitale avait à offrir de mieux. Paris bourdonne : envie d’une expo? Envie de sortir? Envie d’un concert? Karaoke? Ciné? Sans oublier les multitudes de restaurants. La ville nous laisse devant un immense embarras : celui du choix. 

Souvent n’arrivant pas à me décider entre 2 possibilités de sorties, je réussissais à me convaincre que rester chez moi était la meilleure alternative et qu’une soirée livre-ordi-musique-chocolat était, après tout une perspective toute aussi enrichissante (la flemme quoi…)

giphy (1).gif

L’indécision et aussi le fait qu’être compressée dans un endroit avec trop de gens ne me réjouissait que rarement (peu importe où tu vas, j’ai l’impression il y a toujours trop de monde partout dans cette ville…). Néanmoins j’ai pu quand même vaincre ces 2 obstacles parfois et faire quelques sorties intéressantes.

Outre les lieux visités, j’ai fait ici des rencontres exceptionnelles  et déterminantes pour la suite de mon aventure- J’ai notamment rencontré Manna Claudelle du blog Youngiftedandblack (lien ici) et on peut dire que le nom du blog décrit bien sa personnalité car elle est effectivement gifted (talentueuse).

J’ai rencontré ma nouvelle héroïne qui fera certainement très prochainement l’objet d’un article dans la série black girls magic : Melissa Lavaux. Chanteuse haïtienne, activiste. Je l’ai découvert par hasard grâce à la page Facebook “Ayibopost” site web d’actualités haïtienne (son interview ) et elle m’apprend beaucoup de choses sur Haïti. J’ai eu la chance de la rencontré en personne lors de l’événement de rentrée du blog l’afro qui a eu lieu le 29 septembre au hasard ludique. (Paris 18ème) et elle est aussi sympathique et naturelle qu’elle m’apparaissait en vidéo et a gentiment répondu à toutes mes questions (elle a été au Ghana! Et elle a adoré! Yeaaah)

_DSC1695
La rentrée du blog l’Afro. Interview sur l’afro féminisme avec Melissa Lavaux

 

Et puis toutes ces personnes à qui j’ai parlé de mon aventure, qui croient en moi et m’aident à atteindre mes objectifs sans rien demandé en retour (Audrey à la traduction, Kathy à la communication GRAND MERCI A VOUS).

J’ai aussi pris l’habitude de marcher dans Paris, de mettre sur pause quelques instants/heures le rythme effréné de la ville et de me rendre à pied à mes rendez-vous, au boulot, ou autre joyeusetés. Ce qui permet d’apprécier autrement la ville (et d’avoir des mollets d’enfer !!)

Entre Château-rouge et la place Vendôme on ne retrouve absolument pas la même atmosphère, les mêmes personnes, les mêmes problèmes, la même vie. Passer de l’un à l’autre donne l’impression de passer dans 2 mondes parallèles qui coexistent mais ne se mélangent pas. Pour moi Paris est un condensé de ce qu’il se fait de mieux et de pire dans ces deux mondes.

D’un côté un monde bien rangé, beau, élégant, financièrement riche, très propret, calme légèrement condescendant, et de l’autre un monde bruyant, désordonné, étouffant parfois, avec des odeurs (agréables ou pas d’ailleurs) des couleurs, de la musique, des éclats de voix et des éclats de rire.

Et je me rends compte que je suis un mélange des deux et que quand ces 2 mondes sont réunis, c’est là que je me sens le mieux.

Mais le gros point noir pour moi, c’est que en 5 ans d’absence, j’ai constaté que la misère sociale s’est étendue de manière spectaculaire dans la ville. De retour d’Allemagne , le contraste est flagrant. Je n’ai jamais autant vu de SDF, de personnes qui mendient qu’ici.

Et toutes ces familles syriennes avec des enfants, des personnes âgées laissés à l’abandon sous les ponts vers le périphérique parisien. Pourtant depuis 2011 la France n’a accueilli qu’un nombre dérisoire de Syriens. Environ 10 000 ont obtenu le statut de réfugié (contre 1Million en Allemagne sources : et ). Je n’ai pas souvenir d’avoir croisé des familles avec des enfants en train de mendier à Berlin, et là où l’Etat pouvait parfois être défaillant dans leur système d’accueil, des actions citoyennes privées sont régulièrement organisées via Facebook et autre : des cours de cuisine collectifs avec des migrants, des récoltes de vêtements, des cours de langue etc…

A Paris, j’ai surtout ressenti un sentiment de grande indifférence et une défiance instantanée.

Paris ville de lumière, Paris ville de culture, mais Paris n’est certainement pas une ville d’accueil pour les plus démunis.  

 

Et à force d’être sollicité sans arrêt, le stress, la fatigue, nos propres soucis font qu’on en vient à développer cette attitude dédaigneuse ou à ignorer ces personnes, à faire semblant de ne pas les voir.

Mais moi et ma sensibilité avons eu du mal à gérer.

Alors je suis reconnaissante de tout ce que m’a apporté cette ville mais je pars le cœur léger.

Ce qui est sûr néanmoins c’est que tant que ce ne sera que de passage, je reviendrais.

English Version here

 

I’m back!

african-proverb-quote-for-tomorrow-belongs-to-the-people-who-prepare
French version  here
First I’d like to post an entry in English to apologise for the abandonment. But I’m now back stronger and more motivated that I’ve ever been!
At lot has happened this past few months, and lot a more is coming in the next few ones also. For those of you who were not aware, I moved, came back in France. I thought it would be just a stop before I left for Africa, but as you know things don’t always go as I plan them. Various reasons led me to accept an 8 months work position (needed the money). Because of that I had to live in the Parisian suburbs until the end of September before I can finally fly over to Africa.
It was all not bad, because it allowed me to see people I hadn’t seen in forever (granted not all of them but I’ll be back so….), solve some family issues, create new ones, discover new landscapes, rediscover forgotten places, party, be there for quite a few births (is it me or everyone decided to have babies this year?) and to eat, eat, and eat again…
22193040_10154927183026778_347102792_n
to realise that Paris is really not the city for me, and to smile because it was fun while it lasted.
Most importantly it allowed me to rest, think and plan my trip with a rested mind. Leaving for an adventure is all fun and games but I now feel reassured to know that I can take care of myself over there, and that I know how and where exactly I’m going.
Plus I’ll have new travel companions with me that we’re not planned, and now from a simple trip to Ghana it has extended into a trip of several months in Western Africa, with stops in 5 or 6 different countries where I’ll be joined with people I met all over the place and at different times of my life…
I also have a second trip coming up but that’s for another poste.
The next 6 months will be nothing but discoveries, meetings, travels, and seeing where life takes us.
Great ain’t it?
giphy
Idris agrees… 🙂
One of the things that I also wanted to do during this long break of mine, was to really think of where I wanted to take this blog, my projects and my life.
My goal in creating this blog was note to have it become my diary, nor give you guys my life story but to tell you about my journey towards self discovery. My life takes me from the West Indies to Africa, and this leads to quite a few questions on identity, culture and representation…
Plus, I suck in English why did I decide to write in English in the first place?
So from now on I will write in french and a very dear friend of mine kindly accepted to do the translation. (Thank you Dreydrey, you rock girl!)
Anyway lack of trust in oneself and her best friend “demotivation” soon plagued me, so much so that, I, who had a head full of ideas and questions, soon found myself wondering “what if no one is interested?”
What if…? What if…?
Truth is I’m not writing for people to take an interest in me. I write to debate and question things. I write because because I feel OUR voices are not heard enough, us uprooted children.
To summarise: who am I? Where am i from? What am I?
These are the questions that I’ve asked and I’m still asking myself sometimes as an Haitian girl, who is also French naturalised. I’m sure lots of us are in this case.
I write to put an end to some clichés people have and break some taboos. But I mainly right to share my travels, my view of life, my favourites, and mostly my love for Africa.
People are shocked when I say I don’t feel French, I lie when I say I feel a 100% Haitian, if I were to say I’m completely African it’d be like burying my head in the sand, but the fact is that I’ll never pass off as a pure European wherever I go.
Do I feel like all these culture are part of me? Of course.
In the end I’ll write post that you’ll find interesting or not, that some will relate with and others not, some will have an eye opening experience, others won’t care.
And you know what? I’m okay with that.
I’ll write on the subjects that I found interesting, on everything that gets caught in my weird brain waves. While we’re at it let’s get on thing out, I’m not claiming to have all the answers, nor judge or pretend to teach you a lesson, I’m opened to critiscim, and even more to constructive debates.
As time goes by, and my trip approches, I’ll be posting more regularly. I’ve started to equip myself so I can share the most with you guys and I can’t wait?
Who else is with me??

French version here